Home » Russie: une plongée dans lUnion Soviétique de 1930 (Nos Classiques) by publie.net
Russie: une plongée dans lUnion Soviétique de 1930 (Nos Classiques) publie.net

Russie: une plongée dans lUnion Soviétique de 1930 (Nos Classiques)

publie.net

Published February 23rd 2012
ISBN :
Kindle Edition
135 pages
Enter the sum

 About the Book 

Texte magnifique, indispensable, et si lourd de contradictions.On est en 1929. Le Parti communiste de lUnion soviétique, 12 ans après sa révolution, fait son VIe congrès, et invite des écrivains étrangers.Tout le nouveau pays, qui fédère Russie,More Texte magnifique, indispensable, et si lourd de contradictions.On est en 1929. Le Parti communiste de lUnion soviétique, 12 ans après sa révolution, fait son VIe congrès, et invite des écrivains étrangers.Tout le nouveau pays, qui fédère Russie, Ukraine, Crimée, Géorgie est un chantier : amener lélectricité, poser des rails, mener à bien la révolution agraire.Cest une utopie avant quelle sécroule. Staline intervient au Congrès sur les questions agricoles.Ce qui frappe dans le regard de Barbusse, cest comment la découverte dun continent, le mystère des villes (ah, Nijni-Novgorod) se mêle – parce quon est en Union soviétique – du regard sur les usines, le travail. Alors la vieille Russie et son chantier moderne se superposent, et lui il dérape.Il va en Crimée, en Ukraine, il rencontre lhomme le plus vieux du monde (merveilleux récit, que cette rencontre avec lhomme de 146 ans), comme il rencontre Clara Zetkin, et Maxime Gorki.Il a une mission : construire lEurope antifasciste. Lhydre a montré sa tête. Quand et comment Barbusse glisse-t-il ? Il fait sien lidéal soviétique et le transpose à la littérature. Ce qui est paradoxal, dans ce livre, cest que la charge infâme contre Proust, Gide, Giraudoux et autres Cocteau  se fait au nom dune injonction morale quaurait la littérature, pour agir sur les temps neufs.Il faut aussi lire Barbusse, là où il se trompe, parce que nous ne sommes pas indemmes de ce culte de lécriture prolétarienne, de la manie concernant lengagement, et que Proust était bien plus près de Dostoievski et Tolstoï que Barbusse pourra lêtre jamais.Reste son voyage, les visages, les paysages. Reste ce défi à toute lhistoire du monde quest la révolution russe dans son élan. Et ici, tout y est comme prélevé vivant, au couteau.Notre histoire.FB